Le mot du président

Missing logo

Comme à son habitude la non communication et la langue de bois sont de règle à Famars.

C’est en allant lire les différents affichages en Mairie que l’un de  nos membres  à découvert, de manière fortuite, cet affichage dont la signature est au 14 novembre 2017.

arrêté accordant le permis 14-11-2017

Nous vous laissons découvrir le contenu des considérant de cette autorisation de construction qui ont de quoi surprendre mais qui ne sont qu’un copié collé de l’avis recueilli au cours de la procédure et qui ne fait par ailleurs aucune référence aux dispositions du POS* qui lui sont applicables :

« le projet en l’état porte atteinte à la conservation ou  à la mise en valeur des monuments historiques »

« considérant que le projet vient fermer en partie la lisibilité des vestiges depuis la rue Salengro et réduire la percée visuelle, largement visible ponctuant le centre ville de Famars »

 » considérant que le projet vient réduire la visibilité d’un site majeur dans l’histoire de la région alors même qu’il doit rester ouvert et lisible.

Construire sur ce terrain est une erreur pour le patrimoine de Famars

et devrait être évité, si on a bien pris en compte sa valeur patrimoniale »

« considérant que l’aménagement attendu de la mise en valeur des lieux présentant  l’ensemble des vestiges et ruines ne peut se satisfaire d’un espace en arrière plan alors même qu’ils sont accessibles aujourd’hui …

Tous ces considérants auraient dû naturellement conduire l’architecte des bâtiments de France à émettre un avis défavorable à ce type de construction à cet endroit; à quelques dizaines de mètres d’éléments monumentaux connus de très longue date et répertoriés depuis quelques années après de nouvelles fouilles.

Que restera-t-il des traces de notre passé doublement millénaire ? Un accès discret et dangereux créant un risque pour la pérennité du site à quelques mètres des fondations encore visibles ? Un accès public pour la salle des fêtes ? Un dépotoir en devenir ou un lieu de deals sécurisés par la configuration des lieux, comme c’est déjà le cas aujourd’hui ?

Pour des impératifs économiques, toutes les traces de l’activité des premiers siècles de notre ère ont désormais totalement été recouverts à FAMARS et les importantes découvertes sont entreposées dans des musées, dans les études qui sont en cours et dans les archives de quelques grandes villes de France et d’Europe. Je cite ici les sites de la résidence de la Rhônelle, de celle du jardin à pois, de celui de l’université.. En dehors de quelques éléments mineurs prêtés, le patrimoine de cette époque est condamné à la disparition sous les routes ou le béton.

Que reste-t-il encore aujourd’hui des 150 hectares de la cité antique de FAMARS ?

Rien que quelques souvenirs.. et demain que des archives. C’est un gâchis sans nom.

Toutes les époques ont connu leurs vandales. Le centre de Famars mériterait mieux que cette construction massive de logements en nombre qui enterre définitivement tout projet de valorisation de notre histoire locale.

Non, décidément,  cette construction n’a pas sa place à cet endroit historique.

Cet enthousiasme de nos élus nous ne le partageons pas du tout.

L’affichage de cette autorisation sur le terrain est désormais effective au 15 janvier ou 16 janvier 2018 ; il ouvre les délais de recours.

Notre demande de communication des pièces du dossier a abouti le 19 janvier 2018.

Nos tentatives de discussion et nos propositions ayant été rejetées, nous nous engageons désormais dans le temps  du débat judiciaire. Nous demanderons notamment aux juges du tribunal administratif de dire si construire à cet endroit constitue ou non une erreur manifeste d’appréciation quant à la valeur de ce patrimoine.

Par ailleurs, nous ne voyons plus comment le permis accordé sera traduit dans la réalité notamment au niveau des accès, ni comment les prescriptions complémentaires de l’ABF impacteront l’aménagement du futur parc dont personne d’autre que notre Maire ne semble avoir à connaître les contours.

Pas de construction d’emplacements de parkings avec vue sur le futur arc, mais il suffirait apparemment de construire un mur entre le futur parc et la construction pour lever cette contrainte ?

Nous en concluons que l’extension de la place de Famars était et reste possible, il suffisait apparemment, à la lecture du projet de construction, de construire un nouveau mur en limite du parc ?

Les informations qui nous sont parvenues concernent désormais le presbytère (patrimoine communal) dont la municipalité aurait formé le projet de se séparer et/ ou de le priver du petit terrain situé sur l’avant de l’habitation ( le mettre en vente ?) avec pour objectif d’agrandir le parvis de l’Eglise ??

Elles concernent aussi le monument aux morts érigé sur une parcelle offerte à cet effet par une famille de Famars. Ce monument serait déplacé vers la rue d’Artres sur le terrain destiné à la future médiathèque qui verra le parking provisoire devenir définitif.

Enfin il serait envisagé de déplacer le monument consacré à la Vierge sur le côté du presbytère situé à quelques mètres des vestiges du Castellum de FAMARS ?

Décidément à Famars le patrimoine historique a bien à craindre de l’absence de conscience de la valeur patrimoniale du site dans son ensemble.

Quel projet global se cache derrière toutes ces décisions qui, comme  tout ce qui touche à ce projet de redynamisation du centre bourg tant annoncé mais jamais présenté, restent non explicitées  ?

Les fouilles archéologiques prévues dans l’autorisation de construire de novembre 2017 devraient démarrer en septembre de cette année 2018. Nos informations sont désormais confirmées par l’arrivée de bungalows destinés aux archéologues sur le terrain.

Nous vous invitons à suivre notre actualité dans le répertoire du même nom.

Vous y retrouverez notamment nos deux derniers articles sous forme de droit de réponse aux accusations infondées portées à notre égard par notre maire dans son éditorial du « Famars au fil des jours d’avril 2018 » sur le site de la Mairie  http://www.famars.fr/

Nous attendons désormais un vrai débat à la hauteur des enjeux devant le tribunal administratif. Ce sont les juges qui diront si le patrimoine de Famars mérite tout le respect que notre association lui accorde.

 

Famars le 16 septembre 2018

POS : Plan d’Occupation des Sols révisé en 2013 toujours applicable sur Famars

Pour VOTRE INFORMATION: pour réaliser des recherches sur le site vous pouvez vous servir de la petite loupe en haut, à droite et taper à l’invite le ou les mots recherchés ; vous retrouverez ainsi les articles où ces mots sont repris.